Plombier

Professionnel de la Plomberie

 

Assainissement

 Assainissement

Les installations d’assainissement autonome pour les maisons individuelles allant jusqu’à 10 pièces principales sont réglementées par la norme XP P 16-603 reprise dans le DTU XP DTU 64.1 de mars 2007.

Elles ont pour but de traiter et d’éliminer les eaux usées domestiques lorsqu’il n’y a pas de possibilité de se raccorder au réseau public d’assainissement.

Les anciennes installations (avant 1982) ne traitaient que les eaux vannes (eaux des WC). Depuis l’apparition des fosses « toutes eaux », toutes les eaux usées d’une habitation sont traitées dans le système d’assainissement autonome.

En aucun cas, les eaux pluviales ne seront raccordées au système d’assainissement. Dans certaines régions, en fonction de la nature du terrain et de la géographie, il est prévu une cuve tampon et un épandage spécifique aux eaux pluviales.

À compter de 2012, les communes seront dans l’obligation d’effectuer des contrôles sur les installations d’assainissement autonome (diagnostic et contrôle de bon fonctionnement et d’entretien).

Le propriétaire a l’obligation de disposer d’une installation en bon état de fonctionnement et d’effectuer l’entretien nécessaire.

 Structure d’une installation d’assainissement autonome 

Les eaux usées sont collectées dans l’habitation en respectant les règles du DTU 60.1, elles sont canalisées vers la fosse toutes eaux par une tuyauterie ayant une pente comprise entre 2 et 4 %.

La fosse septique assure un prétraitement de l’eau qui est ensuite canalisée vers le système d’épandage souterrain, celui-ci assure l’épuration des eaux usées avant leur retour dans la nature.

 Remarque

La fosse doit être inspectée au bout de 4 ans et vidangée lorsque la hauteur des boues dépasse la moitié de la hauteur totale.  

Elle est munie d’au moins un regard tampon de visite permettant l’accès à la totalité du volume de la fosse; les regards doivent rester accessibles et visibles.

La fosse septique peut être remplacée par des systèmes de traitement à boues activées (les micro-organismes introduits dans la fosse dégradent la pollution en présence d’oxygène) et des systèmes de traitement à cultures fixées (les micro-organismes fixés sur un support sont capables de dégrader la pollution en présence d’oxygène). Pour ces deux dispositifs, les boues doivent être vidangées au moins tous les ans.

 Attention

Les fosses septiques ont un sens de pose (entrée et sortie) qu’il faut respecter.

PRÉFILTRE

Facultatif mais fortement recommandé, le préfiltre peut être intégré à la fosse ou séparé. Il se situe en aval de la fosse septique et permet de retenir les particules solides pouvant s’échapper de la fosse afin de limiter les risques de colmatage de l’épandage. Il doit rester accessible pour les opérations de contrôle et de nettoyage.

Il doit être contrôlé une fois par an et lavé tous les huit ans.

 VENTILATIONS

L’amenée d’air est assurée par la ventilation primaire de l’installation sanitaire. Le processus de décomposition des matières organiques produits du méthane, de l’hydrogène sulfuré et du dioxyde de carbone. Il faut évacuer ces gaz à l’extérieur de la fosse à l’aide d’une ventilation secondaire de la fosse septique raccordée en aval de la fosse (d’un diamètre minimum de 100 mm) posée sans contre-pente en utilisant des coudes inférieurs ou égaux à 45°.

Remarque

La distance entre la ventilation primaire et la ventilation secondaire doit être supérieure à 1 m. Cette dernière devra se situer ou moins à 40 cm au-dessus du faîtage.

 L’extrémité de la ventilation secondaire sera équipée d’un extracteur statique ou éolien. Il faudra prendre soin de munir les ventilations de dispositifs antimoustiques (moustiquaire) afin d’éviter la ponte dans la fosse.

 ÉPANDAGE

La disposition, la constitution et la longueur de l’épandage dépend essentiellement de la nature du terrain et de son dénivelé. On pourra réaliser une tranchée d’infiltration, un lit d’épandage à faible profondeur, un filtre à sable vertical drainé ou non drainé, un tertre d’infiltration non drainé.

Les réseaux de distribution et d’épandage devront être curés tous les 4 ans

 Dégorgement Paris

D’une manière générale aucun revêtement imperméable à l’air ne doit recouvrir la surface d’épandage, l’épaisseur de terre ne doit pas dépasser 20 cm et doit être séparé du drain par un feutre géotextile.

Le tuyau d’épandage sera entouré de gravier d’une granulométrie comprise entre 10 et 40 mm sur une largeur et une profondeur qui variera en fonction du type d’épandage choisi.

La longueur d’une tuyauterie ne devra pas dépasser 30 m.

Les longueurs totales de tranchées dépendront de la perméabilité du sol et pourront varier de 45 m à 80 m au plus pour une habitation de cinq pièces principales.

 REGARDS

Les regards de répartition, de bouclage, ou de contrôle seront équipés de tampons étanches à l’air et à l’eau. Les fonds devront être lisses et éviter la stagnation de l’eau.

 GÉDTEXTILES

Les feutres géotextiles placés au-dessous et au-dessus du filtre n’auront pas les mêmes caractéristiques. Le géotextile de séparation situé entre le sable et de gravier (celui du bas) devra avoir une résistance à la traction supérieure à 12 kN/m et une maille comprise entre 400 et 600 ~m.

Le géotextile de protection située entre le sable et la terre végétale (celui du haut) devra avoir une résistance à la traction supérieure à 12 kN/m et une maille comprise entre 63 et 100 ~m.

 FILM IMPERMÉABLE

Lorsqu’il est nécessaire de séparer le système filtrant du sol naturel, on utilisera un film en polyéthylène basse densité d’une épaisseur de 200 ~m:

 TUYAUTERIES D’ÉPANDAGE

Elles sont rigides ou flexibles, les orifices sont toujours dirigés vers le bas.

D’une manière générale, la zone d’épandage ne doit pas être compactée, les engins de terrassement ne doivent pas circuler sur cette zone avant et après la réalisation de l’épandage. L’épandage doit être réalisé par temps sec pour éviter que la pluie ne tasse les fonds de fouilles.

 POSTE DE RELEVAGE

Lorsque le réseau d’épandage se situe au-dessus de l’habitation, il sera nécessaire d’installer un poste de relevage capable d’évacuer les eaux usées vers le système de traitement.

Le poste de relevage sera installé après la fosse septique et le pré filtre, son volume sera de 1001 (moins de cinq pièces principales) + 25 1 par pièce principale supplémentaire, il sera ventilé.

Un accès devra permettre l’intervention sur la pompe, la tuyauterie d’évacuation sera équipée d’un clapet antiretour.

Le volume pompé à chaque fonctionnement de la pompe ne devra pas dépasser 1/8 de la consommation journalière soit 80 1 pour une habitation de moins de cinq pièces principales + 20 1 par pièce principale supplémentaire.

La tuyauterie de refoulement devra avoir un diamètre d’au moins 50 mm, son extrémité devra déboucher dans un bac de répartition pour une bonne répartition du fluide dans le réseau d’épandage.

Le débit hydraulique journalier précisé dans la norme XP DTU 64.1 P1.2 est donné dans le tableau 14.1. Le débit de base est de 150 I/habitant/ jour.

Un commentaire

1  lesage

bonjour
a partir de quelle niveau une pompe de relevage s’impose ????

Ecrit le 25 octobre 2012 à 7:14

Laisser un commentaire